Sarah Smadja
Ostéopathe D.O. à La Plaine Saint-Denis

Influence du modèle biopsychosocial sur les lombalgies non spécifiques des adolescents

Influence du modèle biopsychosocial sur les lombalgies non spécifiques des adolescents

Résumé de la revue de la littérature:

La lombalgie est l'un des motifs de consultation le plus fréquent en médecine générale ainsi que dans les consultations d’ostéopathie. Les lombalgies non spécifiques, c'est-à-dire les douleurs pour lesquelles on ne retrouve aucune anomalie organique ou fonctionnelle représentent 90 à 95% des cas observés. La prévalence chez l’enfant et l’adolescent varie en fonction des études entre 20 et 50%.

Le modèle biomédical reste le modèle dominant dans le monde médical laissant peu de place au modèle biopsychosocial. Ce dernier se distingue en intégrant des composantes psychologiques et sociales.

L’objectif est d’étudier les lombalgies non spécifiques des adolescents par l’intermédiaire du modèle biopsychosocial. Il est aussi de mettre en évidence les facteurs de risques qui interviennent dans la genèse des lombalgies non spécifiques.

Cette étude repose sur une recherche systématisée d’articles indexés entre 2000 et 2013, consultés dans les différentes bases de données médicales existantes.

Dans le cadre de cette étude, 12 articles ont été sélectionnés puis analysés. Peu d’études s’intéressent à la lombalgie de l’adolescent, et celles intégrant le modèle biopsychosocial dans leurs recherches sont encore moins nombreuses.

Une quinzaine de facteurs de risques ce sont démarqués et leurs influences sur les lombalgies non spécifiques ont été étudiées.
Parmi ces facteurs on retrouve :

  • la taille ;
  • l’âge ;
  • la quantité et la qualité de mouvement ;
  • l’état psychique et psychosocial ;
  • la consommation de tabac et d’alcool ;
  • les habitudes alimentaires ;
  • les activités sportives ;
  • le travail étudiant ;
  • les activités sédentaires ;
  • la scolarité.

Une influence certaine du modèle biopsychosocial sur les lombalgies non spécifiques des adolescents a pu être mise en évidence dans cette étude. Les facteurs psychologiques et psychosociaux se révèlent être plus influents que les autres. Des études complémentaires principalement cliniques sont nécessaires.

L’ostéopathie, en tant que thérapie manuelle et holistique, pourrait avoir sa place dans une prise en charge qui se doit d’être pluridisciplinaire et globale afin d’améliorer la qualité de vie de ces adolescents.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion